La philo de Lau

5 astuces pour ne plus se laisser manipuler en amour

 

prison

La dépendance affective est souvent considérée à tort comme de l’amour.

Avant la rencontre vous étiez pleins de projets et d’autonomie mais tout a basculé lorsque vos regards se sont croisés. Tout s’est enchaîné très vite après le premier baiser. Sexe, passion, disputes et fusion. Aujourd’hui, vous ne savez plus ce qui est bon pour vous ou pas, vous vous posez sans cesse des questions et pensez que vous devez sans doute est trop exigent. Faux! Quand une petite voix intérieure nous crie qu’il y a danger c’est qu’il est grand temps de l’écouter.

 

Les livres, les chansons et les films regorgent de dépendants affectifs. Difficile de s’identifier quand un Roméo préfère se tuer plutôt que de faire le deuil d’une Juliette un peu trop extrémiste. Ou quand Vitaa nous chante qu’elle essaye d’oublier son mec avec un autre. Alors comment être soi-même en amour? Comment savoir si on vit de l’amour ou de la dépendance affective?

 

Le premier pas est de ne plus se laisser manipuler ou influencer dans ce que l’on ressent. Voici 5 « trucs et astuces » pour reprendre votre place:

 

 

1. Osez dire NON!

Contrairement à Jim Carrey qui s’ouvre à la vie en disant oui à tout dans son film du même nom, essayez le contraire! Si vous vous sentez perdu(e) et/ou envahi par votre partenaire c’est sans doute parce que vous ne savez plus où sont vos limites. Apprenez donc à dire NON! Trop difficile pour vous? Essayez au moins le: « pas maintenant! ».

Oser dire non est le premier pas pour redéfinir ses limites et se faire respecter.

 

 

2. N’attendez plus que l’autre change

Il arrive parfois (très souvent même!) qu’on ai envie de changer l’autre:

– Il n’est pas assez aventurier, j’ai envie qu’il me surprenne (transformer un terre-à-terre en Indiana Jones est mission impossible!)

– Je sais qu’elle boit beaucoup mais si je suis présent pour elle ça ira mieux (a-t-elle envie d’arrêter de boire?)

– Je voudrais être la seule avec qui il sera fidèle tellement il sera amoureux (et si ça ne fonctionne pas est-ce parce que vous n’êtes pas assez aimable?)

Des scénarios comme ceux-là sont fréquents et peuplent les cabinets de psy. Avant toute chose, pensez à vous changer vous-même.

Vous avez envie d’aventure? Allez-y! N’attendez pas que votre partenaire prenne l’initiative si c’est un casanier.

Elle boit trop? Laissez-la trouver la solution par elle-même. Si, si! Vous pouvez! Votre mission sur terre n’est pas de sauver une personne qui n’en a certainement pas envie.

Il a été violent? Fuyez! A la première gifle, prenez vos affaire et partez! Vous n’êtes plus un enfant et pouvez donc choisir la vie et le respect que vous méritez.

Les gens peuvent changer mais ils ne le feront souvent que parce qu’ils l’ont décidé, si un jour il le décident… et n’oubliez pas qu’un partenaire qui ne vous convient pas maintenant risque de ne jamais vous convenir. Ne construisez plus une relation sur un « potentiel ».

 

 

3. Apprenez à être moins empathique

Vous sauveriez la veuve et l’orphelin si vous le pouviez. Vous êtes entouré(e)s de bonnes âmes qui vous font confiance et se confient facilement. Ou au contraire, vous n’avez plus que votre partenaire à vos côtés pour qui vous êtes tout. Grâce à votre compréhension et votre force de caractère il a repris des études pendant que vous vous occupez des enfants et ramenez de l’argent à la maison.

Vos rêves à vous? Vous ne savez même pas si vous en avez eu un jour. Mais ce qui compte c’est qu’il soit heureux. Vous êtes heureux de le voir heureux. Ha oui? Alors pourquoi lisez-vous cet article?

L’empathie c’est important et heureusement qu’il y a des gens qui le sont. Cependant la vie est une recherche d’équilibre permanent et  tout le monde a besoin d’empathie, même vous. Qui vous écoute? Qui vous conseille? Qui vous comprend?

 

 

4. Faites face à votre « vide intérieur »

Le « vide intérieur » c’est ce sentiment qu’il nous manque quelque chose mais on ne sait pas quoi. On se sent « vide », triste.

On peut le ressentir quand on se retrouve dans un moment où on n’a rien à faire ou quand il ne faut pas s’occuper de quelqu’un. Si vous avez pris l’habitude de ne pas écouter ce « vide » vous risquez de ne pas vous en rendre compte parce que votre dépendance affective a fait en sorte de la combler avec les moyens du bord, d’autres dépendances: sexe, drogue, alcool, shopping, jeux, les relations,… tout ce qui est extérieur à soi et permet de faire taire cette petite voix intérieure qui crie.

Un moyen de faire face à ce vide est de se rendre compte qu’il est présent et de se demander ce qui pourrait vous faire plaisir à vous à ce moment-là.

 

 

5. Occupez-vous de votre enfant intérieur

La dépendance affective résulte d’un manque ou d’un excès affectif de l’enfance. Malgré le fait d’avoir grandi physiquement, il y a un petit enfant en vous qui cherche cette affection par tous les moyens.

S’occuper de cet enfant permet de se « remplir » d’amour pour soi et de se détacher de ce que les autres nous donnent ou pas.

Quelques pistes à explorer pour prendre soin de votre enfant intérieur: les activités créatrices, explorer ses émotions, jouer avec des enfants, se promener dans la nature,…

 

Et vous, comment faites-vous pour prendre soin de vous?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :