La philo de Lau

La vérité sur le massage tantrique!

massage

 

Avant de vous écrire et de me diriger vers ma carrière d’artiste, j’étais massothérapeute.

Massothérapeute et pas masseuse! Pourquoi faire la différence entre ces deux termes qui semblent vouloir dire la même chose?

La ou le massothérapeute vous masse dans un but thérapeutique. La masseuse (c’est plus rarement masculin!), vous masse dans une cabine aux néons roses, aux abords des nationales…

Mon premier emploi dans ce domaine a entravé ma naïveté sur la nature masculine. Je travaillais dans un centre thermal, dans lequel il y avait un sauna, un hammam et différentes thérapies. J’y faisais donc les massages et soins esthétiques mais aidais aussi à la réception pour les prises de rendez-vous. Le téléphone sonne…

– Centre Thermal Untel, bonjouuuuuur…

– Bonjour, vous faites des massages?

– Oui monsieur.

– Ha, et ça se termine comment?

– heu… Ben ça se termine en vous rhabillant et en payant…

– Et qu’est-ce qu »il se passe si j’ai une érection?

– Heuuuuu… Ben il se passe… Rien en fait!

J’ai vraiment été surprise de voir le nombre de mecs qui posaient cette question. Internet n’était pas encore aussi accessible que maintenant mais il me semble que les petits journaux regorgeaient d’adresses assez claires à ce sujet.

J’ai finalement changé de domaine pendant quelques années. Puis, durant une période sans emploi, et avec ma formation de massothérapeute, j’ai pensé me lancer dans le massage tantrique. J’avais lu que ça réveillait la Kundalini, l’énergie vitale de la personne. Un massage qui relie le corps et l’esprit. Des corps nus, enlassés, de la tendresse, des caresses, pas de pénétration et une jouissance intérieure transcendante…tout un programme spirituel! Attirant.

J’ai donc répondu à une annonce sérieuse qui ne parlait pas de bar à champagne mais bien de spiritualité et de sérieux.

Je me rends sur les lieux. Beau quartier, grande porte avec sonnette. Une dame souriante vient m’ouvrir. Elle me fait visiter les lieux. Le luxe. Petit salon à l’entrée pour prendre le temps de discuter avec le client; à l’étage, douche et matelas au sol. Caméra dans toutes les pièces pour éviter les abus…

Ma pseudo-future patronne m’explique que l’homme (apparemment les hommes seraient donc plus branchés spiritualité que les femmes) prend une douche avant le massage. Je dois lui masser tout le corps avec tout mon corps. Aucune partie n’est laissée au hasard. Oui, les parties intimes aussi… elle insiste bien sur le fait que la pénétration est interdite et est sanctionnée d’un renvoie immédiat!

Une fois le massage terminé, l’homme va prendre une douche… avec la personne qui l’a massé, pour lui frotter le dos et continuer à échanger de la tendresse.

Beau tableau en théorie. Mais comme je l’ai déjà entendu, la théorie, c’est loin!

Avec mon côté pratique, j’aime visualiser les choses concrètement.

Je lui demande donc ce qu’il se passe si le mec n’atteint pas cette extase intérieure.

Et tout naturellement, elle me répond: « Ben, tu le termines à la main!  »

Ha ouaiiiiis! A la main…Heu…

Finalement je n’ai pas accepté le job. J’avais trop peur de devenir péripatéticienne de luxe. Malgré des conditions de travail idéales: pas de pénétration et 150 euros la passe dans un cadre verdoyant, c’est clair que c’est pas la pipe à 10 euros dans une cabine glauque à l’arrière d’un magasin de néons roses…

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :